• http://static.lexpress.fr/medias_9712/w_2048,h_890,c_crop,x_0,y_423/w_1520,h_855,c_fill,g_north/v1405673601/meditation-pleine-conscience_4972617.jpg

     

    Des pratiquants de yoga en association disent bien vouloir faire du yoga mais ne veulent pas entendre parler de spiritualité. Étrange paradoxe !

    En ouvrant n’importe quel livre de yoga on trouve pourtant cette définition : « Le yoga est une discipline qui a pour but d’unir l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel ».

    Nous sommes un tout et ce tout ne peut être dissocié.

    Pratiquer le yoga et refuser les termes qui évoquent la spiritualité, ce serait comme aller chez le médecin et ne pas vouloir entendre parler du corps.

    Les raisons sont que le yoga (même si c’est plus rare maintenant) a souvent été associé au mot secte dans le mauvais sens du terme.   Il n’est d’ailleurs pas faux de constater que dans le monde du yoga comme ailleurs, les maîtres peuvent utiliser leur pouvoir à des fins financières ou sexuelles. Il est dommage que quelques faux illuminés aient entaché la discipline du yoga et de ce fait émis le doute.

    Le mot spiritualité fait également peur car il est très souvent associé au mot religion et beaucoup de gens sont fâchés avec leur tradition religieuse. Par exemple, joindre les mains en Namasté peut mettre mal à l’aise tant qu’on en n’a pas compris la signification.

    Petit aparté : que peut-on dire des hommes politiques qui nous font croire qu’ils veulent donner une vie meilleure aux citoyens mais qui, au fond, ne recherchent que la notoriété ? D’un autre côté, il est amusant de constater que chaque soir à 20h, telle une grande messe, des milliers de gens écoutent le journal télévisé sans se soucier de vérifier ensuite si ce qui est annoncé est vrai ou si les propos ne sont pas  agencés pour séduire le plus grand nombre, ceci à des fins inavouables.  Ces milliers de gens qui ont les mêmes informations, finissent tous par penser la même chose, parlent des mêmes sujets et achètent les mêmes produits. Mais qui ici parle de secte ?  

    Pourtant, se concentrer sur les diverses sensations corporelles, suivre consciemment sa respiration et laisser ainsi quelques instants son mental au repos est une pratique éminemment spirituelle (tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir). La spiritualité c’est ressentir son corps, son souffle et son mental unifié, c’est être tout simplement connecté à soi et le monde sans que le mental n'interfère avec des commentaires ou jugements. Cela n'en reste pas moins difficile et complexe.

    C’est justement sur cette difficulté que se base les enseignements du yoga -les Yoga Sutras entre autres. La question principale est pourquoi et comment garder cette connexion à soi qui nous fait si cruellement défaut et pourtant sans laquelle nous connaissons toutes les souffrances humaines. 

    Le yoga est avant tout un état d'esprit  qui s’inscrit dans la démarche de toute une vie.

    Il est compréhensible et respectable que chaque personne, avec ses particularités, vienne chercher dans un cours de yoga des choses différentes. D'ailleurs, l’enseignant se doit d’être à l’écoute et d'adapter la forme (les postures) en fonction des possibilités de chacun.

    Concernant le fond, il est bon de rappeler que l’enseignement du yoga est transmis depuis plus de 5000 ans et doit être respecté. Les Yoga Sutras sont justement une ligne directrice pour ne pas s'égarer.  Il serait dommage que cet enseignement universel soit réduit à seulement des séances de bien-être.

    Nous vivons dans une société où la tendance est le nivellement par le bas. Il suffit de regarder comment les programmes télévisés ont « évolué », comment une majorité d’élèves réussissent à avoir leur bac, … Et puis à force de se consoler avec des « il y a pire ailleurs » nous finissons par accepter de marcher la tête basse. Le yoga doit rester intact et un professeur de yoga (qui a été formé pendant 4 ans) n'est pas à confondre avec un professeur de gymnastique.

    Pour conclure et continuer la réflexion: Le yoga a pour but de nous rendre plus conscient en voyant les choses telles qu'elles sont et non pas telles qu'on les imagine, d’être donc plus lucide sur nous et sur le monde en nous libérant de nos conditionnements, de nos croyances et interprétations. Au fil des siècles, la spiritualité a été  déformée ou ridiculisée afin que les hommes soient dominés. C'est pour cela aujourd'hui que j'ai envie de lui redonner sa noblesse. Les souffrances que nous vivons de l’intérieur se reflètent immanquablement sur le monde. Autrement dit, ce qui se passe dans le monde, c'est nous. Nous avons donc tous notre responsabilité. 

    Alors, quel monde voulons-nous ?

    De plus en plus de jeunes s'éveillent et nous disent qu'un autre monde est possible. Quel bonheur de les écouter!

    Site: Les enfants du nouveau monde

     Marie-Eve Avril 2015

          

       

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Les inspirations Palais Savant

     

    Je suis Cécile sur Facebook. Elle a toujours des sujets très inspirés. Je les pose donc ici pour les relire à souhait.

    Son site Le Palais Savant

    Ses vidéos

     _______________________

    8 mars 2016

    Manger avec plaisir et pas comme un robot.

    Souvent, ce sont les 5 secondes entre le moment où on poses ses fesses sur la chaise et celui où on amène la première fourchette à sa bouche qui font toute la différence. Voici 3 phrases que j'aime dire - à voix haute ou dans ma tête - en regardant mon assiette et avant de commencer à manger. Pour rendre ce moment sacré et aider mon mental agité à se poser.

    - Toi.. tu vas devenir moi! (sentiment mignon de connexion à la vie garanti).

    - Merci à la Terre qui a produit ces aliments.

    - Dans cette assiette d'aliments, je vois l'univers tout entier qui soutient ma vie. Le soleil. La Terre. Les rivières. Quelle joie de manger !

    Et ça, ces cinq secondes de présence, ça rend un repas sacré. Et la vie - magique. Si vous avez peur d'avoir l'air bizarre (je comprends!), remerciez ce repas juste dans votre tête. Ramenez du sacré et de l'amour dans votre relation à la nourriture. Ça change la vie.

    _______________

    4 mars 2016

    Il y a deux ans je parcourais l'Inde et dans un livre qui m'a suivi pendant tout le voyage, je suis tombée sur cette phrase qui m'a marquée "Les vendeurs de spiritualité, un siècle après l'autre, pendant des millénaires, t'ont survendu l'idée de la réalisation. Ils t'ont exploité. Comprends ceci - tu ne peux être que ce que tu es déjà - rien d'autre n'est possible. La spiritualité n'est pas un accomplissement; mais plutôt, une reconnaissance - un souvenir."

    J'étais venue à la spiritualité parce que je voulais me réparer et devenir meilleure. Me voilà embêtée. Alors chaque matin quand je m'asseyais pour ma méditation matinale sur mon tapis de bambou, dans la petite chambre blanche qui surplombait le potager du centre ayurvédique, je me disais: tu n'as rien à accomplir, tu es simplement entrain de te souvenir de qui tu es déjà. C'est déjà en toi. Souviens toi. Et j'ai vécu mes plus délicieuses réalisations sur ce tapis. Parce que je n'avais pas l'impression que je devais être ou faire quelque chose de spécial.

    Souviens de toi de l'aisance que tu sentais dans ton corps quand il ne t'était pas venu à l'esprit de douter de lui. Souviens toi de la joie que tu ressentais quand tu n'avais pas peur d'être jugé alors tu parlais aux inconnus, tu dansais dans la rue, tu faisais la moue. Si tu le voulais. Souviens toi que tu étais généreux quand tu n'avais pas peur de manquer. De l'émerveillement qui faisait scintiller tes yeux quand tu regardais le ciel le soir et tu ne savais pas pourquoi le tonnerre grondait et les étoiles brillaient, alors le monde était forcément magique. Enchanté. Souviens toi quand le monde t'émerveillait.

    Souviens toi quand tu ne voulais pas devenir une meilleure personne, l'idée ne t'aurait même pas effleuré l'esprit qu'il y avait quelque chose de mauvais en toi. Quelque chose à améliorer. Tu étais. Toi. Merveilleux unique toi. Et c'était tellement assez. Souviens toi quand tu te réveillais le matin avec l'envie de t'amuser.

    J'ai longtemps cru que je devais devenir une bonne personne mais quand j'ai pris le temps d'écouter, la Terre m'a dit que je l'étais déjà.

    Souviens toi.
    Tu l'es déjà.

     

    _____________________

    2 mars

     

    Parfois tu souris.
    Mais tu es en colère à l'intérieur de toi.
    Tu es triste.

    Es-tu un Bouddha ? Non. Tu es un être humain. Alors pourquoi tu ne veux pas avoir des qualités et des défauts comme tout être humain?

    Ose être toi même. Parfois content, parfois triste. Tu te fais mal quand tu te fais la guerre. Tu te fais mal quand tu n'es pas toi même.

    __________________

    25 février 2016

     

    Est-ce que tu as déjà pensé..

    Est-ce que ce que je fais a de l'importance ?

    Est-ce que les autres apprécient mon temps ?

    Est-ce que j'ai un impact positif sur le monde ? Est-ce que c'est assez ?

    Ou est-ce que je devrais tout arrêter, tout plaquer ?

    Il y a quelques jours j'ai pensé à un des métiers les plus célébrés dans notre société. Les acteurs. Pourtant, aussi célébrés et acclamés qu'ils le sont, eux aussi pourraient être dévastés par le doute. Sur le véritable impact de leur métier. Ils prennent un projet pendant des mois, déménagent, se mettent dans des états émotionnels impossibles, répètent inlassablement les mêmes scènes (santé mentale - alerte), s'oublient corps et âme dans un script. Tout ça pour créer un film que tu écouteras peut être d'une oreille distraite un vendredi soir en regardant ton téléphone. Que tu auras peut-être oublié le lendemain.

    Eux aussi pourraient être rongé par les doutes: tout ça pour ça ?

    Nous avons tous peur de passer à côté de notre mission de vie. D'épuiser notre santé, notre temps où nos talents. Au service de quelque chose qui peut certains jours de doute ou de fatigue nous paraître.. Décevant. Petit. Inutile.

    Faut-il continuer ? Même si une remise en question peut être très saine, prends du temps pour te rappeler de l'essentiel. Ce n'est pas ce que tu fais qui est important, c'est comment tu le fais.

    Nous ne sommes pas appelés à faire des grandes choses mais des petites choses - avec un amour immense. Remplis d'amour ce que tu fais. D'attentions. De chaleur humaine. De joie. C'est comme ça que tu te rempliras toi. Même quand on travaille derrière un écran, il y a tant de façons de créer de la chaleur humaine. De faire sentir l'autre considéré. Vu. Apprécié. Dans la façon d'écrire un mail. De regarder quelqu'un. De dire merci et j'apprécie.

    Remplis ton travail d'amour et ensuite, lâche prise sur le résultat. Tu as offert ton cadeau au monde. La façon dont le monde l'accueille, n'est plus ta responsabilité. Et souvent, les autres ne peuvent te rencontrer qu'au niveau où ils se sont déjà rencontrés eux mêmes. Alors.. Lâche prise. Fais les choses avec amour puis de leurs propres ailes, laisse les trouver leur chemin.

    Tu as de l'importance. Ce que tu fais a de l'importance. Ne sois pas dur avec toi-même. Là où tu es, tu crées déjà la magie. Là où tu es, il y a déjà tant d'amour autour de toi.

    ______________________

    Cher toi,

    Je viens de raccrocher au téléphone avec ma famille, et sans rentrer dans les détails, nous vivons une situation difficile depuis quelques mois. Nous sommes préoccupés. En colère, aussi. Des soucis de santé et d'autres choses s'emmêlent.

    Et il y en a certains d'entre vous qui sont inquiets aussi. Qui traversent des défis professionnels et personnels actuels. (Si tout rayonne pour vous en ce moment dans votre vie, je suis tellement contente pour vous, dégustez, dégustez!). Sinon, s'il y a des imprévus, des doutes et des craintes par rapport au futur, je suis avec toi. Je sais que nous croyons dans un univers amical, dans une vie qui a du sens, dans une opportunité derrière une épreuve, mais parfois.. l'anxiété et la colère et la peur sont si fortes, que pendant un instant on se noit. On perd espoir. Que faire?

    1. Sentir ses émotions. Les émotions sont des énergies. Tu ne veux pas les garder bloquées au fond de toi. Surtout si elles sont fortes comme la colère ou la peur. Exprime les! Chante. Danse. Appelle cette personne qui comprend et pleure. Dis : je suis en colère! Sens les larmes couler. Ou la voix monter. Ou la peur être libérée. Ne ravale pas tes émotions. Tu as le droit d'avoir peur. Tu as le droit de péter un plomb pendant 10 minutes. Exprime toi. Libère toi.

    2. La vie continue à avancer - suis la. Une fois les émotions senties, le défi consiste à ne pas rester paralysé sur place. Dans le rôle de la victime. En regardant ton ordinateur ou en bloquant sur ta chaise de bureau, coincé dans une transe de pensées.

    a) Va t'acheter à manger. Quand je suis bloquée, je prends mon vélo et je vais à la Biocoop. J'achète mes douceurs préférées et en rentrant je me prépare un délicieux chocolat chaud épicé. Mais je fais aussi et surtout le plein de légumes.Tu ne ne veux pas traverser une période intense à manger des pâtes blanches ou à sauter des repas. Ton corps a besoin de nourriture magique pour digérer les informations, penser clairement et te soutenir dans tous tes projets à venir. Mes artichauts, brocoli, mandarines, kiwis, poireaux, roquette sont mes meilleurs amis. Soutiens toi à travers ton alimentation.

    b) Bouge ton corps! Va marcher, danser comme un(e) déchaîné(e), fais du yoga, saute, pédale ton vélo, quelque chose qui fait circuler le sang dans tes veines et peut être même te fait transpirer. Quelque chose qui fait circuler les pensées et les émotions coincées. Je n'ai fait aucune activité physique jusqu'à mes 20 ans. Mais je dois l'avouer... Souvent, une bonne fatigue physique fait plus de bien qu'une longue conversation au téléphone à ressasser une histoire. Plus de temps dans le corps, moins de temps dans la tête.

    c) Reprends la conversation avec ta vie. Comme le disait Einstein, la question la plus importante à laquelle se confronte l'humanité et à laquelle chacun doit répondre pour soi c'est : est-ce que l'univers est un endroit amical? A partir de ta réponse, ton monde entier se dessine. Avec les défis que ma famille traverse, pendant les 20 minutes ou j'enrageais au téléphone, ma réponse était clairement non. L'univers est injuste! Ils ne méritent pas ça. J'ai peur. Je suis en colère. Mais une fois nos émotions exprimées (est-ce que j'ai suffisamment insisté sur le fait que tu avais le droit d'être en colère cher toi?), nous avons le choix de revenir vers la confiance ou commencer à tisser de la méfiance. Comme l'a si ingénieusement précisé Einstein, chacun doit répondre à cette question pour soi. Pour soi! Ce qui veut dire qu'il n'y a pas de vérité absolue. Tu crées ta vérité. Quelle façon de voir le monde peut t'aider? Pour moi ça a été: Je fais le choix d'avoir confiance dans la vie. Je suis entourée. Je suis aimée. On va trouver des solutions.

    Je ne sais pas pourquoi il arrive ce qui arrive. Mais je sais que tout au long du processus, tu n'es pas seul. Exprime tes émotions, honore toi et continue à aller de l'avant. Tu peux le faire. Tu es plein de ressources. Je crois en toi. Et je t'aime.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    http://www.larbreauxetoiles.fr/evenements/yoga-se-deployer-dans-l-espace-qui-est-en-nous/

     

     

    Cristina est enseignante de yoga, certifiée par l’École Française de Yoga de Paris et sophrologue. Son approche est sensible et ludique. Elle construit ses séances, à partir d'un thème, comme un enchaînement progressif et dynamique de postures. Grâce à l'harmonisation du geste et du souffle, la conscience du corps se développe et l'unité intérieure se libère. Son enseignement est respectueux du corps de chacun et permet de pratiquer le yoga dans la joie et le partage avec les autres.

    Le site de Cristina: http://www.sophrologue-mareil-sur-mauldre.com/

     

    Marie-Eve a suivi l’enseignement rigoureux de la lignée Nil Hahoutoff à l’École Française de yoga. Aujourd’hui, son évolution personnelle et sa pratique puisée dans différents courants donnent à son enseignement, tout en conservant sa précision, davantage d’intuition et de liberté. Guidé par le souffle, le corps sait, alors le corps danse. Par ailleurs, Marie-Eve contribue à travers les Yoga Sutra et différents outils de développement personnel à avoir une meilleure connaissance de soi, celle-ci amenant à servir naturellement les autres et le monde. N'est-ce pas là aussi le but du yoga?

    L'adresse mail de Marie-Eve a changé: m a r i e e v e m i l l i o z @ y a h o o . fr

    (resserrer les espaces)

     

    Lieu de pratique et d'hébergement: http://www.larbreauxetoiles.fr/

     

    Stage de yoga en Normandie au mois de juillet

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • blooming.gif

     

    Dans un cours de yoga pour tous où chacun est donc différent, l'enseignant donne une direction mais chaque élève évalue et dose ses efforts en étant à l'écoute de ses ressentis.  

    L'attention sur la respiration est le moyen de savoir si nous sommes allés trop loin dans le mouvement. La respiration ne doit pas devenir saccadée mais au contraire, rester fluide, silencieuse, et soutenir la posture.

    Il faut garder à l'esprit que si la posture est importante, elle est d'abord un outil au service de notre mental (le yoga a pour rôle de l'apaiser) et que le plus important est l'attitude que nous avons à l'intérieur de la posture.  Comme nous le dit Patanjali, nous devons nous retrouver dans un espace heureux où nous ressentons l'aisance dans la fermeté.

    Marie-Eve - Octobre 2013

     

    "Ce n'est pas la personne qui s'adapte au yoga mais le yoga qui s'adapte à la personne" (Krishnamacharya)

     

    Le yoga n'est pas de la gymnastique ni du stretching.

    La souplesse n'est pas le but du yoga, c'est juste une conséquence de la pratique des postures.

    Source

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • http://blog.gaiam.com/wp-content/uploads/2010/02/VeganFoodWEB.jpg

     

    Le yoga peut représenter de nombreuses choses très différentes pour ses adeptes : sport, thérapie mentale… En tous les cas, il est sûr que le yoga détient le pouvoir de transformer la façon dont vous vivez votre journée. Et donc, si vous le pratiquez régulièrement, votre vie.

    En Amérique du Nord, on constate ceci : l’enseignement du yoga a maintenant des visées éducatives plus globales que le simple bien-être physique. La plupart des professeurs de yoga, au-delà de l’exercice physique, enseignent à leurs élèves que cela leur donnera accès à une relation plus apaisée avec leur propre mental.

    Pourtant, partout dans le monde on constate aussi que la pratique de la non-violence est encore largement ignorée par les professeurs de yoga.
    Ou, pour parler plus clair : ils la professent. Mais la pratiquent-ils vraiment ?

    http://images.elephantjournal.com/wp-content/uploads/2012/09/vegan-yoga.jpg

    Aux origines du yoga : la non-violence

    Durant un cours de yoga d’une heure, que retirent les élèves des pratiques ancestrales, philosophiques, culturelles, de cette discipline ?

    Le yoga, au départ, est l’une des écoles de la philosophie indienne āstika.

    La première discipline du yoga est la non-violence universelle (« ahimsâ »). C’est donc tout naturellement que le végétarisme est une composante classique de l’exercice du yoga, car la consommation de chair animale a pour origine une violence exercée sur l’animal, blessé et tué…

    Selon le maître de hatha yoga B.K.S. Iyengar, le végétarisme est « une nécessité » dans la pratique :

    Si des animaux tués remplissent mon assiette, ma tête et mon cœur deviennent lourds de tristesse. (…) Devenir végétarien est le chemin pour vivre en harmonie avec les animaux et la planète.

    On en revient à la relation apaisée avec soi-même. Et avec l’autre.

    L’un des plus anciens textes du yoga, le Patanjali’s Yoga Sutra (daté d’environ 200 ans avant J.C), exposait déjà le contrat moral universel que s’applique à lui-même le yogi.  Et le premier principe de ce contrat, c’est bien la non-violence.

    Yoga leçon

    Paradoxe dans l’enseignement du yoga

    Malheureusement, il semblerait que bon nombres d’enseignants de yoga d’aujourd’hui choisissent d’interpréter ceci comme cela les arrange. Ils préconiseront par exemple de ne pas s’énerver au volant, de ne pas mettre son propre corps en danger en poussant trop loin les exercices difficiles… mais pas de laisser vivre les 56 milliards d’animaux de ferme tués chaque année.

    Est-ce juste, entre deux heures d’enseignement où l’on essaie d’être un guide spirituel et de servir la paix, de rompre cela en consommant un repas fait de la chair d’êtres sensibles ?

    Sur le site Ecorazzi, Eva Lampert, professeure de yoga avec plus de 500h de cours à son actif, dit se référer souvent à un mantra en particulier : “lokah samastah sukhino bhavantu”. Un mantra qui dit à peu près ceci :

    Puissent tous les êtres vivants être partout heureux et libres, et puissent mes pensées et mes actions contribuer à la liberté de tous.

    Lokah

    Eva rappelle qu’il est impossible de se consacrer vraiment au yoga si l’on continue à participer à un système de cruauté envers les animaux, qui prive tant d’êtres vivants de bonheur et de liberté.

    Comme Eva, on peut choisir de penser que les gens ont en eux de l’amour et de la compassion. Même si cela est souvent difficile à croire. On peut en tout cas en faire le pari, et espérer que les enseignants et pratiquants du yoga vont réfléchir sérieusement à ce que cela signifie de pratiquer la non-violence lorsque le cours est terminé.

    Repas vegan, par le professeur de yoga Belén Vazquez Amaro (Stockholm)

    Source

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire