• Faire ou être

     "Il est important de constater que nous sommes tous des hyperactifs. Il y a toujours quelque chose à faire et, quand c’est terminé, autre chose se présente enfin à nouveau : c’est sans fin. Il est capital de vous offrir des temps où vous ne faites rien : RIEN ! Un espace-temps non programmé, dans lequel il n’y a aucune obligation, pour enfin ÊTRE tout simplement."

    Pris dans l'Almaniak du yoga

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La joie

    La joie est l'antidote de toute peur. La peur intervient si vous ne savourez pas la vie. Si vous savourez la vie, la peur disparaît.

    Soyez positifs et réjouissez-vous davantage. Devenez de plus en plus joyeux, enthousiaste à propos des petites choses, même de très petites choses. La vie est faite de petites choses mais si vous pouvez donner une qualité joyeuse aux petites choses, l'ensemble sera magnifique.

    Aussi, n'attendez rien de grand. Il est vrai que de grandes choses arrivent, mais n'attendez pas que quelque chose de très grand se produise. Cela ne se produit que lorsque vous vivez de petites choses ordinaires, quotidiennes, avec un nouvel esprit, une nouvelle fraîcheur, une nouvelle vitalité, un nouvel enthousiasme. Alors vous accumulez peu à peu et un jour, cette accumulation explose en pure joie.

    Mais on ne sait jamais quand cela arrivera. On doit juste continuer à ramasser des cailloux sur la rive. La totalité devient le grand évènement. Quand on ramasse un caillou, c'est un caillou. Quand tous les cailloux sont rassemblés, soudain, ils deviennent des diamants. C'est le miracle de la vie.

    Dans le monde beaucoup de gens ratent l'occasion parce qu'ils attendent toujours quelque chose de grand. Ce n'est pas possible. Cela ne se passe qu'à travers de petites choses: en prenant son petit-déjeuner, en marchant, en prenant un bain, en parlant à un ami, assis tout seul à regarder le ciel, ou étendu sur son lit à ne rien faire. La vie est faite de ces petites choses. Elles sont la substance même de la vie.

     

    Extrait de ce livre 

     

     http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Gp7SwW9rL._SL500_AA300_.jpg

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Silence.jpg

     

    La soif de louanges et la crainte de critiques ne peuvent que troubler inutilement notre esprit. Chacune à sa manière, ces préoccupations engendrent et renforcent notre vulnérabilité à l’opinion et aux propos d’autrui.

     

    Nous sommes avides de louanges parce qu’elles flattent notre ego, et redoutons les critiques qui le menacent. Or l’avidité et le sentiment exacerbé de l’importance de soi sont tous deux sources de tourments. Lorsqu’on nous adresse des louanges, pensons que l’on ne fait pas l’éloge de « nous » en tant qu’individu, mais bien plutôt des qualités humaines et des actions constructives que nous avons eu la possibilité de manifester et d’accomplir. Ce n’est pas l’individu qui mérite d’être loué, mais la vertu qu’il exprime.

     

    De même, lorsque nous faisons l’objet de critiques, si elles sont fondées, elles sont bienvenues et salutaires, car elles nous permettent de prendre conscience de défauts ou d’erreurs que nous devons corriger ou réparer. Si elles ne sont pas justifiées, à quoi bon s’en inquiéter ? La paix intérieure naît d’une conscience sereine, et non de ce que disent les uns et les autres. Il est préférable d’avoir l’esprit en paix, alors même qu’on nous impute à tort des fautes, plutôt que d’être couverts de louanges alors que nous savons fort bien avoir mal agi.

     

    Les louanges et les critiques sont comme du vent, des échos, des illusions. Leur seul pouvoir de nous troubler est celui que nous leur accordons. Si nous ne nous préoccupons pas de polir notre image, nous ne craindrons pas qu’elle soit ternie. Les louanges et les critiques ne modifient en rien ce que nous sommes : elles n’affectent que notre « image », laquelle n’est que la vitrine de notre ego et le miroir des opinions d’autrui.

     

    Ce qui importe avant tout c’est de vérifier à chaque instant la justesse de nos motivations, afin de les rendre les plus altruistes possible, c’est-à-dire d’être sincèrement concerné par le sort des autres tout en œuvrant par là-même à notre propre épanouissement. Il faut pour cela cultiver les vertus fondamentales que sont l’amour altruiste, la compassion, la force d’âme, la liberté intérieure et la sagesse. Si on y parvient, à quoi bon s’inquiéter du qu’en-dira-t-on ? Lorsque l’ego s’est éteint, les parleurs ne font que jaser sur un mort.

    Une telle attitude confère une grande liberté. Comme le dit souvent le Dalaï-lama, « Certains me considèrent comme un dieu vivant. C’est absurde. D’autres me voient comme un démon, loup affublé d’une robe de moine. » Et il part d’un grand éclat de rire.

     

    Source

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • http://3.bp.blogspot.com/-G0SOI5-jn0c/T0jHH4HkMPI/AAAAAAAABvo/HOqmd-aC6qE/s1600/MARTEAU_PIQUEUR-mini.gif

    La vie est bruyante et le monde est surpeuplé. Mais lutter contre le bruit n'est pas la façon de s'en débarrasser; la façon de s'en débarrasser est de l'accepter totalement. 

    Plus vous luttez, plus vous vous énervez, car plus vous luttez,plus vous êtes dérangé.

    Ouvrez vous, acceptez le bruit.

    Il fait aussi partie de la vie.

    Et une fois que vous commencerez à l'accepter, vous serez surpris: il ne vous dérangera plus.

    Ce n'est pas le bruit qui vous dérange, c'est votre attitude à l'égard du bruit.

    Si vous vous y opposez, il vous dérange, sinon il ne vous dérange pas.

    Et où iriez vous?

    Où que vous alliez, vous trouverez inévitablement du bruit; le monde entier est bruyant.

    Si vous vous installez dans une grotte de l'Himalaya, vous passerez à côté de la vie.

    Il n'y aura pas de bruit, mais vous n'y trouverez pas toutes les possibilités de croissance que la vie vous offre.

    Bientôt le silence vous semblera terne et mort.

    Je ne vous dis pas de ne pas savourez le silence.

    Savourez-le; mais sachez que le silence ne s'oppose pas au bruit.

    Le silence peut exister dans le bruit.

    En fait, ce n'est que lorsqu'il existe dans le bruit que le silence est réel.

    Le silence que vous percevez dans l'Himalaya n'est pas le vôtre; il appartient à l'Himalaya.

    Mais si, vous pouvez percevoir le silence sur la place du marché, si vous pouvez être tout à fait à l'aise et détendu, il est vôtre.

    Alors vous avez l'Himalaya dans votre cœur et c'est le vrai cadeau!

     

    Osho: "Au coeur du présent"

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    "Pareil à la noix de coco

    enveloppée de fibres épaisses,

    le mental est toujours recouvert

    de pensées et d'impressions multiples.

    Le yoga aide à écarter les fibres profondes

    et à briser la coque de l'égo,

    afin de pouvoir recueillir

    l'amande pure et lumineuse du cœur."

     

    Shri Mahesh

     

    Trouvé chez Ananda....Régalez-vous chez elle avec d'autres très beaux textes

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique