• Motivé motivé,....oui mais dans la durée

    La rentrée vient de battre son plein. L'affairement terminé, tout doucement les salles se remplissent (des salles où parfois il est difficile de trouver une place pour son tapis) d'âmes pleines de bonnes résolutions. L'année sera zen. 

    Jusqu'aux prémices des fêtes de fin d'année, la fréquentation sera régulière. Mais mais mais, trois fois mais, qu'en sera t-il ensuite?

    Ensuite, il fera froid, il y aura du vent, la nuit, un rhume, un rendez-vous, une réunion, de la neige, de la pluie, les enfants, la fatigue,... En mai, estimant avoir déjà bien "yoguer",  il fera également  trop beau pour être enfermé dans une salle,...

    Bref, comme on dit: "Quand nous avons envie, nous trouvons des moyens, quand nous n'avons pas envie, nous trouvons des excuses, ".

    Pourtant, quand la météo n'est pas "bonne" -il suffit de bien s'habiller- pratiquer le yoga nous apportera la lumière intérieure. Si nous sommes enrhumés, bien respirer nous aidera à assainir nos voies respiratoires. En cas de fatigue, la séance nous permettra de retrouver notre énergie.

    Pratiquer une fois par semaine (en dehors des vacances scolaires, soit environ un minimum de 38 séances par an) est très peu, il est donc important de venir régulièrement si nous voulons connaître un minimum des bénéfices que le yoga procure.

    Sans enthousiasme, sans ardeur et persévérance, le yoga se résumera à une gymnastique de bien-être alors que la régularité, à travers l'apprentissage de la conscience de soi, sera le moyen d'apprendre à mieux se connaître, à abandonner peu à peu ses automatismes, ses conditionnements et ses résistances pour se transformer en profondeur, découvrir sa force et sa souplesse de corps et d'esprit, cultiver la légèreté et la joie, pour soi et... pour les autres.

    Our theme this week is core strength! It’s another aspect of the Spring cleansing focus we’ve been exploring…
Mindfully working on our core strength physically can help us feel grounded, steady, strong and powerful mentally, especially since there is often an element of balance and stability involved which reminds us to stay present.
There are many definitions for core muscles. One that works for me is that they are all the muscles responsible for moving and supporting the spine. A primary goal of building ‘core strength’ is to enhance their function, providing freedom of movement, well aligned posture and optimal function of our nervous system (and nadis!). This can prevent and relieve back pain, making our movements more efficient and enjoyable!
 Yogic physiology adds an extra dimension of core function. Exploring the concepts of Agni (fire), Apana (dross), provide a different perspective on how our bodies function and how we can enhance this function through yoga. You may have heard asana referred to as ‘cleansing’ or 'detoxifying’ and many of them work the ‘core’ of the body, stoking this fire, to burn through the dross. Read more here
We’ll be playing with lots of fun (and challenging!) core strengthening postures in Vinyasa Playlist  on Thursday night at Dance of Life. The core strengthening possibilities of the aerial hammock are endless- so be ready for lots of flips, inversions and balancing postures at the Garden of Yoga Studio this week!
Namaste
Jo

    Marie-Eve novembre 2013

    Images prises sur le site "Garden of yoga"

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le yoga nous apprend à être attentif à tout ce qui se passe en nous; aux pensées qui nous traversent l'esprit, puis aux sensations physiques et aux émotions qui sont le résultat des ces pensées.

     

    Les pensées et sensations corporelles se produisent simultanément.

     

    Dessins

    Lorsque nous sommes en colère (ou toute autre émotion), si nous sommes capables de nous dire "en ce moment, je suis en colère" et de nous rendre compte de ce qui se passe dans le corps par rapport à cette émotion, c'est comme si nous balayions une poussière.

     

    Tant que nous ne sommes pas capable de percevoir ce qui se passe en nous, nous ne pouvons faire le ménage en nous et c'est ainsi que jour après jour nous traînons une valise de plus en plus lourde à porter. 

     

    Être conscient c'est s'alléger.

     Marie-Eve  25 mai 2011 

    ;;) Battements de cils Une  personne a repris mon texte  (et pas que celui-ci) et le signe de son nom... J'en suis flattée mais peut-être devrait-elle se pencher sur les termes d' Asteya ou d'Aparigraha...

     

    zen.jpg

      Image

    “Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.” (Gandhi)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Jeûner six jours

    Du vendredi 8 au jeudi 14 août, à Chambon La Forêt, j'ai fait l'expérience d'un jeûne de 6 jours.

    Je me suis demandée s'il était sage d'y aller car depuis plusieurs mois, j'avais une baisse d'énergie....Mais comme je m'étais inscrite depuis février avec une autre blogueuse bretonne...on verra bien.

    Jeûner six jours

    Quelques fruits et jus de fruits pris à 10h avant le départ et plus rien ensuite jusqu'au jeudi suivant 12h. Comme si je m'étais programmée, je ne ressens pas le besoin de manger pendant le voyage.

    Le soir, un tour de table (nous sommes 20) pour faire connaissance et un bouillon de légumes (juste l'eau) qui sera servi tous les soirs.

    Samedi matin, nous marchons 12 km dans la forêt d'Orléans.

    Jeûner six jours

    Le  soir, c'est le moment de la purge à la chlorure de magnésium. Boire d'un trait le nez bouché et aussitôt de l'eau claire par dessus. Ouf! Le péristaltisme s'arrêtant dès que nous ne mangeons plus, il est important, pour ne pas s'auto-intoxiquer, de vider les intestins (il existe d'autres moyens) Le nigari ne tarde pas à faire son effet.

    La nausée (à ne plus désirer boire de boissons chaudes), les vomissements, le mal au dos qui empêche de dormir, une grande fatigue font partie du voyage les premiers jours. Les jeûneurs expérimentés et l’encadrement sont là pour nous soutenir, nous expliquant que c'est normal. Au lever, il est difficile de rester longtemps debout sans étourdissements, les jambes tremblantes. Parfois un "Qu'allais-je donc faire dans cette galère?" m'a traversée.

    Nous pouvons boire un fond de jus de fruits avant d'aller marcher si nous le jugeons indispensable. Une goutte d'HE de menthe poivrée par litre d'eau me fait beaucoup de bien.

    La vie est au ralenti, pas de quoi se presser pour aller se faire une infusion. Des journées pleines malgré tout, parfois entrecoupées de petites ou grandes siestes.

    Tous les matins, avant de partir marcher, nous pratiquons 20 mn de gymnastique et 20 mn de Do in qui nous dynamise.

    Jeûner six joursJeûner six jours

    L'après-midi dans le sauna (hummm!) et le jacuzzi et puis différentes machines pour se masser, se balancer afin de mieux éliminer. Des DVD plus ou moins sérieux et des éclats de rire. A 18h, une séance de relaxation/sophrologie.

    Jeûner six jours

    Les jours suivants, les randonnées seront entre 6 et 10 km.  C'est l'occasion de sympathiser avec celui qui marche à notre pas. Promenade autour de Yèvre le Château.  Visite du Château de Chamarolles un jour de pluie.

    Jeûner six jours

    Il est surprenant qu'au bout de 4/5 jours sans alimentation, un regain d'énergie se fasse sentir. Je peux veiller jusqu'à minuit.

    Nous avons eu quelques interventions dont une sur le safran cultivé localement et deux autres avec une naturopathe. Qu'est-ce que le jeûne et comment tout doucement reprendre l'alimentation.

    Le dernier jour, autour d'une table joliment décorée, nous prenons notre premier repas de légumes cuits à la vapeur. Mâcher, mâcher, mâcher, jusqu'à avaler du liquide pour ne pas brusquer l'estomac.

    Jeûner six jours

    Jeûner six jours

    Jeûner six jours

     

     

     

     

     

     

    Alors qu'il est était prévu que le transit intestinal se remette en route un ou plusieurs jours après les premiers repas, c'est dans les heures suivantes, sur la route du retour, après un 1/2 litre de jus de pruneaux que cela fût fait. (Une purge n'avait donc pas été suffisante). Pendant toute la semaine, j'avais pris des plantes d'ABC de la nature et du psyllium qui a certainement bien aidé dame nature.

    Voilà 4 jours que je suis rentrée. Je pèse 4 kg de moins. Cet amaigrissement ne me convient pas esthétiquement mais je me sens vraiment très bien et les kilos seront certainement vite rattrapés. Je suis étonnée de ne plus être fatiguée comme avant, même lorsque je stationne longtemps debout. Là, je ressentais des chutes de tension et devais m'asseoir ou m'allonger. J'ai l'impression que les choses autour de moi et la nature ont été lavées. Je suis de bonne humeur, faisant chaque tâche l'une après l'autre sans empressement.

    La reprise de l'alimentation n'est pas problématique quand on mange depuis plus d'un an 80% de végétaux crus.

    Je vais marcher tous les matins, les sens davantage en éveil. Tout est plus beau.

    La pratique du Do in et de la réflexologie m'a donné envie d'explorer ce domaine. 

    Malgré les inconforts qu'un jeûne comporte, je suis prête à en refaire un chaque année. En attendant, pour en garder les bénéfices je laisserai chaque semaine, dès que j'aurai retrouvé mon poids, 24 h mon organisme au repos.

    Je ne pense pas être capable de jeûner à la maison, c'est trop difficile avec les tâches du quotidien lorsqu'on est plusieurs en famille.

    Je vous souhaite de connaître cette expérience.

    Jeûner six jours

    Expérience personnelle: jeûner pendant six jours
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire