• http://previews.123rf.com/images/dobric/dobric1101/dobric110100005/8663577-Daily-Morning-Girls-Life-including-wake-up-yoga-teeth-cleaning-shower-and-breakfast-Stock-Vector.jpg

    Le cours de Hatha-Yoga est, pour tout pratiquant, perçu comme un temps de bien-être, un moment bien à soi. Une succession de mouvements et d'attitudes spécifiques assurent une présence bienveillante et éclairée du corps; le mental est alors captivé par la mise en place des phases des évolutions corporelles et par la richesse des sensations qui en naissent; il se trouve à ce moment dégagé de l'envahissement des préoccupations extérieures et accède à l'état de détente qui consiste à ne plus être manœuvré comme une simple girouette.

    Le pratiquant connaît, simultanément, le ressenti de la vie intense dans son corps et l'apaisement du mental. En lui monte la joie de l'activité pleinement consciente.

    Par la pratique assidue et approfondie du Hatha-Yoga, "science glorieuse qui resplendit comme une échelle pour qui désire atteindre les cimes du Raja-Yoga" Hatha-Yoga Pradipîka, le corps aussi bien que le mental et les fonctions sensori-motrices, instruments avec lesquels, nous assumons les activités de la vie qualifiée d'ordinaire, sont de plus en plus finement découverts. Plus intimement connus, ils sont mieux maîtrisés et répondent avec plus d'exactitude, plus d'efficacité aux circonstances extérieures.

    L'intérêt s'accroît. C'est la disparition de l'aspect fastidieux que peut revêtir une action quotidienne, la conscience dissout l'obstacle superficiel, nous devenons capables d'atteindre l'essentiel au-delà de l'apparence. Ainsi après avoir été dans le passé souvent jugé lassant et fastidieux, le quotidien devient une aventure passionnante par la découverte des éléments, des événements, de l'essence des êtres et par l'exploration inépuisable, infinie de notre intériorité.

    Sri Aurobindo, sage du XXème siècle, commente ainsi cette voie de libération intérieure : " Pouvoir s'occuper de la vie extérieure ordinaire, à partir d'une nouvelle attitude intérieure ... et il est alors possible de faire des événements de cette vie même un moyen de changement intérieur de la nature et de la croissance spirituelle".

    La recherche des liens entre « Yoga et vie quotidienne » est essentielle pour notre santé, pour l'équilibre de notre vie familiale et professionnelle.

     Éliane Claire Thiercelin 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Il est important de comprendre pourquoi  nous faisons certains gestes pendant notre pratique de yoga. Une fois que nous comprenons vraiment ce qu’un geste signifie, nous pouvons en embrasser son sens.

    Dans la langue Sanskrit, Anjali signifie "geste de révérence", "salut" ou "bénédiction". Mudra signifie "sceau" ou "signe".

    La mudra Anjali est une posture des mains qui est souvent utilisé dans la pratique du yoga. Elle peut se faire au début et à la fin  de la séance ou pendant les asanas (postures).

    Nous pouvons placer nos mains de différentes façons. Les mains, devant le cœur, serrées l’une contre l’autre, avec les doigts droits rassemblés fermement ou avec les articulations à la base des doigts légèrement pliées, créant un espace entre les paumes et les doigts des deux mains. Dans la 1ère position, les coudes sont écartés, les avant-bras parallèles au sol. Dans la seconde position, les bras sont davantage relâchés.
    Nos mains jointes devant le chakra du cœur (Anahata Chakra) représentent  l’équilibre et l'harmonie entre le côté droit et gauche réunis en notre centre, connectant les hémisphères droit et gauche de notre cerveau. Cet équilibre est physique, mental et émotionnel. C'est le processus de l'unification du yoga que d’équilibrer nos énergies. Du point de vue yogique, le cœur énergétique ou spirituel  est visualisé comme un lotus au centre de la poitrine.

    Il symbolise le fait que nous honorons et célébrons le moment présent. Il nous permet de contrôler le flux de cette énergie ou force de vie (prana), nous préparant ainsi à la méditation.

    Anjali Mudra peut nous aider à prendre une posture fondée sur l'humilité plutôt qu’avec le désir d’atteindre la perfection sur le plan physique.

      En Occident, nous traduisons ce geste comme une posture de prière parce que nous avons grandi avec ce geste dans notre culture. Chacun de nous a probablement un vécu personnel, positif ou négatif, par rapport à ce geste. Certains d'entre nous peuvent trouver une résistance inconsciente dans ce geste comme s'il s'agissait d'un signe de soumission. Cependant, la beauté de ce geste, qui nous positionne au cœur de notre être, est intemporelle et universelle. Certains acteurs ou sportifs l’utilisent avant de rentrer en scène ou sur le stade.

    C’est un geste simple et puissant  qui peut être un outil pratique dans la vie quotidienne. Par exemple pour faire un vœu, dire au revoir, commencer ou achever une action, une œuvre. Cette position des mains suscite un certain état intérieur dans le corps tout entier.

    Namasté est souvent traduit par "Je m'incline devant le divin qui est en toi ou à l'intérieur de moi.", ou: "La lumière en moi voit la lumière en toi." Cette salutation est l'essence même de la pratique yogique qui est de voir le Merveilleux en toute création. Elle nous rappelle qu’il faut garder une attitude intérieure de  paix tout au long de notre pratique. En réalisant ce geste, nous pouvons poser une intention pour la séance de yoga ou juste avant la méditation. Ce rituel permet de passer de l’intention à l'action. Ce n'est pas seulement un désir, mais un plan que nous avons physiquement mis en mouvement pour l'amener à notre cœur, là où les intentions se concrétisent. Nous pouvons prendre ce moment pour rendre grâce d’avoir une pratique du yoga dans notre vie, nous sentir reconnaissant envers nos professeurs, notre pratique, ou nous-mêmes. A la fin de la séance, l'échange respectueux  entre l’enseignant et les élèves ajoute du sens et nous rappelle, lorsque nous quittons notre tapis pour sortir dans nos vies réelles, que nous devons nous traiter, les uns et les autres, de façon égale.

    Les mains jointes, bras étirés au dessus de la tête, puis nous inclinant, le bout des doigts orientés vers le sol,  nous représentons un humble trait d'union entre la terre et le ciel et pouvons remercier les éléments air, eau, nourriture, chaleur, sans lesquels nous ne pourrions vivre.

    Il n'y a pas beaucoup de pratiques physiques qui créent une occasion de nous épanouir intérieurement et qui nous laisse le temps d'explorer certains concepts philosophiques de la vie.

     

    Exercice :

    Asseyez-vous dans une position assise confortable comme Sukhasana. Etirez votre colonne vertébrale de votre bassin jusqu’à la base du crâne en laissant tomber votre menton légèrement. Maintenant, avec les paumes ouvertes, tirer lentement vos mains au centre de votre poitrine, comme pour rassembler toutes vos ressources dans votre cœur. Répétez ce mouvement plusieurs fois, en observant vos propres représentations, pour amener votre côté droit et gauche, le masculin et le féminin, la logique et l'intuition, la force et la tendresse dans la plénitude. Maintenant, vous ressentez peut-être la puissance du placement de vos mains  devant votre cœur. Essayez un décalage de vos mains vers un côté ou l'autre de votre ligne médiane et arrêtez-vous un instant. Ne vous sentez-vous pas un peu instable? Maintenant revenez au centre et remarquez la satisfaction dans la ligne centrale, comme un aimant vous attirant dans votre cœur. Toucher doucement votre sternum (plaque osseuse au centre de la cage thoracique)  avec votre pouce dans comme si vous sonniez la cloche pour ouvrir la porte de votre cœur. Élargissez vos omoplates pour diffuser votre poitrine ouverte de l'intérieur. Sentez-vous l'espace sous vos aisselles en plaçant vos coudes dans l'alignement de vos poignets. Restez ici pendant un certain temps et profitez de votre expérience. Quels changements initiaux de la conscience ressentez-vous? Est-ce qu’il y a un changement dans votre humeur?

    La signification d’Anjali Mudra (ou Namasté Mudra)
     

    Pour écrire cet article, en plus de mes propres réflexions, je me suis inspirée de divers articles en anglais.

    Pour en savoir plus, voici un document PDF à télécharger

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

       L'esprit et le corps des êtres humains deviennent généralement progressivement conditionnés au cours de leur existence.

       Pour l'esprit, cela signifie que nous réagissons progressivement aux événements de manière programmée.

       Pour le corps, cela signifie qu'il est progressivement limité dans sa liberté de mouvement, à cause de tensions conditionnées (ce qui veut dire qu'elles sont programmées dans le cortex cérébral).

       De ce fait, la souplesse graduellement diminue. Ces tensions conditionnées peuvent parfois avoir pour effet de perturber jusqu'à la position des os.

      

    La suite de l'article sur Samtosha 2

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • http://static.lexpress.fr/medias_9712/w_2048,h_890,c_crop,x_0,y_423/w_1520,h_855,c_fill,g_north/v1405673601/meditation-pleine-conscience_4972617.jpg

     

    Des pratiquants de yoga en association disent bien vouloir faire du yoga mais ne veulent pas entendre parler de spiritualité. Étrange paradoxe !

    En ouvrant n’importe quel livre de yoga on trouve pourtant cette définition : « Le yoga est une discipline qui a pour but d’unir l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel ».

    Nous sommes un tout et ce tout ne peut être dissocié.

    Pratiquer le yoga et refuser les termes qui évoquent la spiritualité, ce serait comme aller chez le médecin et ne pas vouloir entendre parler du corps.

    Les raisons sont que le yoga (même si c’est plus rare maintenant) a souvent été associé au mot secte dans le mauvais sens du terme.   Il n’est d’ailleurs pas faux de constater que dans le monde du yoga comme ailleurs, les maîtres peuvent utiliser leur pouvoir à des fins financières ou sexuelles. Il est dommage que quelques faux illuminés aient entaché la discipline du yoga et de ce fait émis le doute.

    Le mot spiritualité fait également peur car il est très souvent associé au mot religion et beaucoup de gens sont fâchés avec leur tradition religieuse. Par exemple, joindre les mains en Namasté peut mettre mal à l’aise tant qu’on en n’a pas compris la signification.

    Petit aparté : que peut-on dire des hommes politiques qui nous font croire qu’ils veulent donner une vie meilleure aux citoyens mais qui, au fond, ne recherchent que la notoriété ? D’un autre côté, il est amusant de constater que chaque soir à 20h, telle une grande messe, des milliers de gens écoutent le journal télévisé sans se soucier de vérifier ensuite si ce qui est annoncé est vrai ou si les propos ne sont pas  agencés pour séduire le plus grand nombre, ceci à des fins inavouables.  Ces milliers de gens qui ont les mêmes informations, finissent tous par penser la même chose, parlent des mêmes sujets et achètent les mêmes produits. Mais qui ici parle de secte ?  

    Pourtant, se concentrer sur les diverses sensations corporelles, suivre consciemment sa respiration et laisser ainsi quelques instants son mental au repos est une pratique éminemment spirituelle (tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir). La spiritualité c’est ressentir son corps, son souffle et son mental unifié, c’est être tout simplement connecté à soi et le monde sans que le mental n'interfère avec des commentaires ou jugements. Cela n'en reste pas moins difficile et complexe.

    C’est justement sur cette difficulté que se base les enseignements du yoga -les Yoga Sutras entre autres. La question principale est pourquoi et comment garder cette connexion à soi qui nous fait si cruellement défaut et pourtant sans laquelle nous connaissons toutes les souffrances humaines. 

    Le yoga est avant tout un état d'esprit  qui s’inscrit dans la démarche de toute une vie.

    Il est compréhensible et respectable que chaque personne, avec ses particularités, vienne chercher dans un cours de yoga des choses différentes. D'ailleurs, l’enseignant se doit d’être à l’écoute et d'adapter la forme (les postures) en fonction des possibilités de chacun.

    Concernant le fond, il est bon de rappeler que l’enseignement du yoga est transmis depuis plus de 5000 ans et doit être respecté. Les Yoga Sutras sont justement une ligne directrice pour ne pas s'égarer.  Il serait dommage que cet enseignement universel soit réduit à seulement des séances de bien-être.

    Nous vivons dans une société où la tendance est le nivellement par le bas. Il suffit de regarder comment les programmes télévisés ont « évolué », comment une majorité d’élèves réussissent à avoir leur bac, … Et puis à force de se consoler avec des « il y a pire ailleurs » nous finissons par accepter de marcher la tête basse. Le yoga doit rester intact et un professeur de yoga (qui a été formé pendant 4 ans) n'est pas à confondre avec un professeur de gymnastique.

    Pour conclure et continuer la réflexion: Le yoga a pour but de nous rendre plus conscient en voyant les choses telles qu'elles sont et non pas telles qu'on les imagine, d’être donc plus lucide sur nous et sur le monde en nous libérant de nos conditionnements, de nos croyances et interprétations. Au fil des siècles, la spiritualité a été  déformée ou ridiculisée afin que les hommes soient dominés. C'est pour cela aujourd'hui que j'ai envie de lui redonner sa noblesse. Les souffrances que nous vivons de l’intérieur se reflètent immanquablement sur le monde. Autrement dit, ce qui se passe dans le monde, c'est nous. Nous avons donc tous notre responsabilité. 

    Alors, quel monde voulons-nous ?

    De plus en plus de jeunes s'éveillent et nous disent qu'un autre monde est possible. Quel bonheur de les écouter!

    Site: Les enfants du nouveau monde

     Marie-Eve Avril 2015

          

       

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • blooming.gif

     

    Dans un cours de yoga pour tous où chacun est donc différent, l'enseignant donne une direction mais chaque élève évalue et dose ses efforts en étant à l'écoute de ses ressentis.  

    L'attention sur la respiration est le moyen de savoir si nous sommes allés trop loin dans le mouvement. La respiration ne doit pas devenir saccadée mais au contraire, rester fluide, silencieuse, et soutenir la posture.

    Il faut garder à l'esprit que si la posture est importante, elle est d'abord un outil au service de notre mental (le yoga a pour rôle de l'apaiser) et que le plus important est l'attitude que nous avons à l'intérieur de la posture.  Comme nous le dit Patanjali, nous devons nous retrouver dans un espace heureux où nous ressentons l'aisance dans la fermeté.

    Marie-Eve - Octobre 2013

     

    "Ce n'est pas la personne qui s'adapte au yoga mais le yoga qui s'adapte à la personne" (Krishnamacharya)

     

    Le yoga n'est pas de la gymnastique ni du stretching.

    La souplesse n'est pas le but du yoga, c'est juste une conséquence de la pratique des postures.

    Source

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique