• pommes.jpg   
    C'est uniquement en nous risquant d'un moment à l'autre que nous vivons réellement.

    William James


    Toutes les expériences par lesquelles nous passons nous amènent à comprendre, même si c’est difficile à accepter, que peu importe la voie que nous empruntons dans la vie, il y a toujours des conflits à affronter et à résoudre. Si nous cherchons à éviter tout conflit avec autrui, c’est en nous que nous générerons à un moment donné un conflit toxique. Par ailleurs, si nous réussissons à nous occuper de notre vie intérieure, ce que nous sommes viendra tôt ou tard contrarier ceux qui aimeraient nous voir autrement.

    Quand on est vraiment soi-même, on ne peut répondre aux attentes de tout le monde. Il y aura donc inévitablement des conflits à gérer puisque la visibilité dérange. Cependant, il y a un prix à payer quand on n’est pas ce que l’on est. Si on s’affaire à plaire à tout le monde, une précieuse partie intérieure de soi meurt. Le conflit ne sera plus extérieur, mais intérieur : l’invisibilité dérangera.

    En d’autres mots, chaque jour essayer consciencieusement d’être authentique et résister à la pulsion de glisser sa vérité sous le tapis. Autrement dit, ce que nous sommes en réalité ne doit pas être interdit ni caché juste parce que les autres se sentent mal à l’aise ou ne veulent rien en savoir.

    Nelson Mandela, Gandhi, Sir Thomas More et Rosa Parks sont des exemples légendaires.  Mais point besoin d’être connu pour se mettre à la tâche. Il suffit de dire ce que nous désirons réellement manger au repas, ou quel film nous voulons vraiment voir.

    Mark Nepo

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

    http://www.millionnairezine.com/wp-content/uploads/2013/04/rebondir.jpg  

    Rebondir parce que nous sommes tous, à un moment donné, confrontés à la perte ou à l’échec (maladie, décès, chômage, accident, séparation, agression, retraite, départ des enfants de la maison, conflits,… Ça peut être aussi le fait de sentir que notre vie ne nous convient pas totalement, nous avons la conviction profonde qu’il y a quelque chose à changer  mais nous n’arrivons pas à avancer,

    Rebondir parce que le temps ne s’est pas arrêté à notre difficulté, et que, si nous désirons reconquérir ou découvrir la Joie, il nous faudra trouver les ressources en nous pour faire face à l’inconnu, s’adapter et agir,

    Rebondir grâce aux outils que la science du  yoga délivre et réaliser qu’il est possible non seulement de sortir de l’impasse mais également de découvrir de nouvelles et heureuses perspectives,

    Dans ce stage, il sera question de l’écoute de Soi pour aller vers plus de stabilité émotionnelle, de confiance en soi et d’enthousiasme. Un temps d’échanges permettra à chacun de se reconnaître et de s’enrichir de l’expérience de l’autre.

     

    Les inscriptions sont en cours!

    A bientôt! 

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

    L'alimentation est le sujet qui revient le plus souvent dans notre vie.  Les repas sont d'abord pensés (liste de courses), il faut ensuite aller au marché ou au magasin pour se réapprovisionner 1 ou 3 fois par semaine (faire le trajet + le temps des courses) ranger les courses, préparer les repas, faire la vaisselle, nettoyer la cuisine, aller aux toilettes, dormir si la digestion est difficile...

    Prenant en moyenne 2 à 4 repas par jour, sans compter les grignotages, on réalise que la nourriture prend une grande proportion de notre temps. A savoir aussi qu'on va travailler pour se nourrir!

    Mais pourquoi et comment se nourrit-on?

    Depuis que je me promène sur internet, j'ai pu voir tous les régimes, tous les arguments sur ce qui étaient bons ou néfastes pour la santé. Entre la peur et l'espoir, le sujet est illimité... sachant que les deux font marcher le commerce!

    La vidéo ci-dessous fait partie du grand nombre de "mangez ci, mangez ça,..."

    Si je vous parlais de mon expérience, je vous dirais à peu près la même chose que ce qui est écrit sous cette vidéo. En enlevant tous les aliments qui acidifient et encrassent l'organisme (source des maladies) on a déjà fait un grand pas. En rajoutant un maximum d'aliments crus, on se recharge en minéraux qui alcalinisent. Finalement c'est très simple.

    Le point qui me semble important est qui est toujours "oublié" c'est la conscience de ce que nous mangeons.

    http://centreespaceconscience.com/wp-content/uploads/2014/08/Orange-.png

    Si nous mangions davantage en conscience, certainement que nous mangerions moins et mieux. Cela serait bénéfique pour soi et pour  l'environnement.

    La conscience, c'est d'abord prendre conscience de ses besoins. Faisons-nous nos achats en fonction de nos besoins essentiels ou achetons-nous des produits par habitude (tradition familiale), par influence (publicité, ce qu'en disent les professionnels de la santé),  par impulsion,....? 

    Est-ce que l'aspect de cette nourriture nous plaît? (Pour cela, les fabricants sont très forts!) Sommes-nous au courant de tous les ingrédients qui sont mélangés dans les produits transformés? Savons-nous d’où provient cette nourriture, par qui elle a été fabriquée? Avons-nous la notion d'éthique? (exploitation et souffrances humaines et animales)

    Comment sentons-nous cet aliment dans la bouche? Saveur, texture, température,... Combien de fois mâchons-nous? Lorsque nous sommes à table, est-ce en silence ou avec la TV? Comment les aliments arrivent dans l'estomac: mixés ou en morceaux?

    Manger en conscience c'est sentir le plaisir ou le déplaisir mais également sentir les effets que cette nourriture a sur notre organisme. En étant attentif à ses sensations à la fin d'un repas, est-ce que ce ne serait déjà pas énorme quand au choix des aliments? A savoir qu'à la fin d'un repas on doit être plein d'énergie pour repartir à ses activités et non somnolent comme il semble que ce soit le cas pour la plupart des gens. Pourquoi a t-on besoin de prendre un café pour se stimuler? Il nous suffit aussi de vérifier comment les aliments influencent notre humeur. Nos intestins pour certains chercheurs sont notre 2ème (voire 1er) cerveau.

    Il est souvent question de la viande. Certains vont vous dire que ce n'est pas nécessaire (en effet des sportifs de haut niveau sont végétariens ou végétaliens, voire crudivores), d'autres vont rétorquer que c'est indispensable avec des arguments les plus divers.
    Mais à nous? Ça nous fait quoi? Sommes-nous conscients que la tranche bien découpée chauffant dans la poêle est un morceau d'animal mort? Sommes-nous conscients de tout ce que l'animal a traversé avant d'arriver dans notre assiette? Malheureusement nous ne sommes plus (ou tellement si peu) au temps où le petit cochon vivait à la ferme, où le paysan  menait sa vache au pré ou à la poule qui grattait sur le tas de fumier.
    Ce que vivent les animaux aujourd'hui, c'est cela.
    Manger de la viande est pour la plupart une habitude, une histoire de goût ou la croyance de manquer de protéines. Admettons que l'on ne puisse pas s'en passer, il est quand même intéressant de se poser la question de quelle viande il s'agit. D'où vient cette viande en barquette des supermarchés? Oui, la viande bio est très chère mais occasionnellement  c'est possible.
     Le débat est le même pour les œufs et les produits laitiers. J'ai commencé à avoir des sinusites vers l'âge de 12 ans, dès que le lait de ferme cru a été remplacé par du lait UHT
    En regardant cette vidéo récapitulative vous aurez une petite idée de comment les chose se passent maintenant.
    Inutile de parler des pesticides, j'imagine que vous savez déjà les dégâts qu'ils propagent sur la planète et dans les corps.
     
    Il n'est pas toujours évident de relier les maladies à leurs causes mais si déjà nous sommes pleinement conscient de nos réels besoins, que nous prenons le temps de sentir, de ressentir, de nous interroger, il me semble qu'une bonne partie des maladies diminueraient et que le monde humain, animal et végétal ne pourraient que s'en porter mieux.
     
    Si se nourrir d'aliments est un des facteurs pour rester en vie (bien que le corps puisse vivre sans aliments pendant un mois et +) nos journées peuvent être également nourries d'air, de lumière, de sons, de relations, de lectures, de passions....de yoga!. Plus nous serons nourris par ces multiples éléments, moins nous serons focalisés sur les aliments qui, au fond, sont bien souvent des manques à combler.
     
     La Vie est toujours et déjà là, dans notre corps et tout autour. Il suffit de la contempler et de s'en nourrir à chaque instant.
     
    Marie-Eve

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  http://wwz.ifremer.fr/var/storage/images/medias-ifremer/medias-lm2e/images/actualites/conference/1021845-1-fre-FR/Conference.jpg

    Mail de l'association Énergie et Bien-être

     

    Bonjour, 
    Soyez les bienvenu(e)s au sein de l'association Association Énergie et Bien-Être.

    CONFIRMATION DE LA CONFÉRENCE DU 6 MARS 

    Centre social et Culturel, 1578 route Départementale à Sangatte à 19h. 

     

    Suite au décès d'un proche, Guy Brebion n'est pas en mesure d'assurer la conférence prévue sur le Yoga du son.

    Nous remercions Marie-Eve Millioz de se rendre disponible pour vous parler du YOGA, de sa transposition dans la vie quotidienne.

    Le yoga permet d'évoluer et de se libérer de ses conditionnements.

    Au delà de la pratique corporelle, c'est une méthode de développement personnel. Concentration, respiration, méditation seront expliqués

    Si vous voulez réserver, envoyez-nous un mail sur energieetbienetre@laposte.net, ou bien laissez-nous un message par tél 07-82-33-76-30.
    Merci de faire suivre l'information dans votre entourage

    A bientôt

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 62397_482274774186_704584186_6759494_4411404_n.jpg

      La séance

    En début de séance, nous nous mettons à l’écoute du corps.  Le corps se présente avec ses tensions et ses zones de détente. Nous accueillons toutes ces sensations sans commentaires ni analyses.  Nous découvrons le corps senti alors que le plus souvent nous nous référons au corps pensé, à une image. Le corps est souvent noué par des tensions musculaires et l’énergie ne peut se déployer librement.

    Par des mouvements et des évocations, dans le corps habité par le souffle, d’autres modalités – légèreté, transparence -  s’éveillent ainsi qu’une détente profonde.

    C’est une exploration tranquille de ce qui est là dans l’instant, sans effort, sans intention de modifier quoi que ce soit ou d’atteindre un but. Dans cette perspective, il n’y a pas de progression possible mais une maturation et des éclaircissements qui peuvent apparaître au fil de la pratique.

     Les postures

    Dans un corps plus délié, nous pouvons explorer les postures traditionnelles du yoga en laissant toute leur richesse s’exprimer. Ce qui importe n’est pas la posture externe mais le ressenti intérieur et l’émergence de lignes d’énergie.

    Dans cette approche,  la posture est vécue d’instant en instant, sans tirer ou pousser le corps. Il ne s’agit pas de maîtriser le corps, mais de le laisser s’exprimer dans de nouvelles situations.  C’est à chaque fois neuf, il n’y a pas de répétition. Le corps peut alors se libérer de vieux schémas de restrictions que sont les mécanismes de défense que nous avons mis en place pour maintenir notre ego.
    Après la posture, dans le silence, nous écoutons l’écho, les réactions dans le corps et une intégration ou réorchestration peut se faire.

       Pranayama

    Dans un premier temps, nous nous mettons à l’écoute du souffle tel qu’il est ; son rythme, sa présence dans différentes parties du corps, à l’extérieur du corps, dans la globalité, dans l’espace. ..

    Ce n’est qu’ensuite que les pranayamas (techniques de respiration) sont abordés. Des énergies plus subtiles peuvent s’exprimer et nous mettre en contact avec notre vraie nature : la tranquillité, la joie.

    Méditation

      Dans notre présence, la posture, abordée sans intention et habitée par le souffle, devient méditation. Il n’y a pas de concentration, ni quoi que ce soit sur quoi se concentrer mais seulement présence.

    Le visage, les sens  

    Le plus souvent, nous ne laissons pas venir à nous les objets (sons, goûts, images…)  mais essayons de les attraper et les retenir. Nos organes des sens sont alors tendus : la peau, les narines, la bouche, les oreilles, les yeux, le cerveau. 
    Par des évocations et une écoute, nous laissons venir vers nous les sensations et les laissons se résorber. Le visage détendu, le cerveau détendu, c’est toute la structure corporelle qui se détend.

     Dans la vie de tous les jours

    Ce qui est expérimenté lors des séances peut se transposer dans notre quotidien. Ce sont tous les aspects de notre vie qui sont touchés. Moins identifiés à nos tensions, à nos conflits, nous sommes moins « collés » aux situations.

    Une plus grande liberté peut apparaître, le monde devient plus spacieux et ouvert.

     

    « Le silence étant présence, et la révélation du yoga ouverture à l’instant, il se peut que, pratiqués libre d’intention, ces exercices fassent résonner leur silence originel, qui n’est autre que notre nature fondamentale. »

    Source

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire