• "Grâce au contentement (Samtosha), nous atteignons un bonheur insurpassé"

    Yoga-livres.jpg

    Savez-vous que le Yoga n’est pas qu’une discipline physique ?

    En fait, les asanas (pratique des postures) et le pranayama (contrôle de la respiration) ne sont que les 3ème et 4ème aspects des 8 membres (appelés Ashtanga Yoga) évoqués dans les Yoga Sutra par Patanjali (le premier sage à rédiger de façon systématique un traité sur le yoga, il y a environ 2500 ans).

    Lorsque vous avez terminé votre pratique, votre conscience est accrue, votre corps et esprit sont régénérés et vous devez gérer les situations de la vie courante, ce qui est rarement aussi paisible que Savasana (la pose du cadavre). Un sérieux Yoga Sadhaka (pratiquant de Yoga) doit aussi appliquer les 2 premiers aspects que l’on pourrait qualifier de "10 commandements du yogi". Ce sont les Yama et Niyama et ils concernent notre conduite sociale ainsi que l’observation d’une discipline personnelle.
     

    Les Yama, au nombre de 5, sont les suivants :


    1. Ahimsa : la non-violence
    2. Satya : la vérité
    3. Asteya : la non-convoitise
    4. Brahmacharya : la modération
    5. Aparigraha : la non-appropriation

    Les Niyama sont aussi au nombre de 5 :

    1. Saucha : la propreté
    2. Santosha : le contentement
    3. Tapas : l’ardeur
    4. Svadhyaya : l’étude de Soi
    5. Isvarapranidhana : l’abandon de Soi
     

    Ici, Patanjali nous présente le secret du bonheur.  Cela semble si simple !  Pour être heureux, il suffit d’accepter chaque chose, situation ou personne telle qu’elle est et telle qu’elle n’est pas.

    Sur le tapis de yoga, l’on pratique Samtosha en acceptant son manque de mobilité, d’équilibre ou de force dans une posture tout en explorant cette limite pour la repousser en douceur (Ahimsa), sans se leurrer (Asteya) et sans aucune attente (Aparigraha) mais avec beaucoup de détermination (Tapas).

    Dans la vie quotidienne, la pratique de Samtosha implique d’abord de renoncer à se considérer comme la victime des circonstances extérieures en prenant l’entière responsabilité de notre réaction aux situations (de toute façon, c’est la seule partie sur laquelle nous avons du contrôle!).

    Cela n’implique pas pour autant que l’on doive se résigner à croire que l’on est né pour un petit pain et à tolérer des situations inacceptables.  Au contraire, ce n’est qu’en acceptant lucidement la réalité telle qu’elle se présente ici et maintenant que nous aurons accès à notre force créatrice pour entreprendre les actions appropriées afin d’apporter les changements requis pour répondre à nos besoins légitimes.

    En d’autres mots, il s’agit d’avoir une relation « mature » avec la réalité même si, présentement, elle ne répond pas à nos « préférences».  Voici quelques exemples :

    J’ai les yeux bruns et non pas bleus, verts ou gris.  Si je n’accepte pas cette réalité, je serai bien malheureux (par contre, rien ne m’empêche de porter des verres de contacts qui donnent l’apparence que mes yeux sont bleus, verts ou gris).

    Mon auto est une perte totale suite à un accident de la route et cela me désole mais je peux choisir de mettre l’accent sur le fait que je m’en suis sorti indemne.

    J’ai obtenu une note de 65% dans un test alors que j’espérais avoir 90%.  Si après vérification, je constate que ma note est bien de 65%, il ne me reste qu’à voir comment j’ai perdu des points et à faire ce qu’il faut pour que cela ne se reproduise plus.

    Une bonne façon de pratiquer Santosha est de cultiver une attitude de gratitude face à tout ce qui nous arrive.  Dans toute situation, aussi déplaisante soit-elle, il n’en tient qu’à nous de trouver une raison de rendre grâce. Il est vrai que cela peut parfois demander pas mal d’imagination et, surtout, beaucoup de maîtrise sur les fluctuations du mental (cf. Aphorisme 1-2)

    L’on peut même utiliser le principe de Samtosha pour ré-interpréter notre passé en découvrant le côté positif d’évènements qui, à prime abord nous semblaient tout à fait négatifs.  Par exemple, les coups durs qui nous sont arrivés nous ont sans doute permis de développer notre détermination et notre habilité à demander et à accepter de l’aide.

    Pierre Bélisle (www.flyogi.com)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :